Affronter le cancer en équipe

Photo de Stéphanie Paradis
Par Stéphanie Paradis
Affronter le cancer en équipe
Annie Duchesne, présidente d'honneur, entourée des deux Porteuses d'espoir, Chantal Michaud et Marie Boisclair. (Photo : Stéphanie Paradis)

Chantal Michaud, Marie Boisclair et Annie Duchesne inspirent par le lien qui les unit. Travaillant toutes trois chez Chartwell Jardins Laviolette, elles ont accepté d’être les porte-étendards de la 17e édition du Relais pour la vie de Trois-Rivières.

Chantal Michaud et Marie Boisclair ont toutes les deux reçu un diagnostic de cancer à quelques mois d’intervalle. Aux côtés de la directrice générale de la résidence pour personnes âgées, Annie Duchesne, elles ont traversé ces moments difficiles ensemble, en équipe, et c’est également en équipe qu’elles marcheront le 13 juin prochain au parc Pie-XII.

«C’est définitivement une grande cause, mais en plus, j’ai la chance de mettre en lumière le lien employeur-employé entourant un diagnostic de cancer, et de pouvoir porter un peu plus loin le message d’espoir, accompagnée de membres de mon équipe qui ont malheureusement été atteints par la maladie», souligne Annie Duchesne.

La première à avoir reçu son diagnostic de cancer est Marie Boisclair, adjointe à la location. «En 2018, les filles m’ont dit qu’elles voulaient se bâtir une équipe pour le Relais pour la vie et m’ont demandé d’être chef d’équipe. Au mois de mai suivant, ironiquement, j’ai eu un diagnostic de cancer du sein pour lequel j’ai été opérée rapidement en juin», témoigne Mme Boisclair.

Par ce qu’elle nomme «un drôle de hasard», c’est à Chantal qu’elle a demandé de prendre le relais comme chef d’équipe, sans savoir qu’au mois de décembre suivant, elle aurait elle-même un diagnostic de leucémie myéloïde chronique. «C’est une leucémie qui ne guérira jamais, mais qui va se traiter avec un traitement de chimiothérapie quotidien pour le restant de mes jours», précise Chantal Michaud, responsable des loisirs.

Comme si le malheur n’avait pas assez frappé, Marie Boisclair apprend durant ses traitements de radiothérapie qu’elle a un second cancer, un cancer de l’utérus. Elle a alors subi une deuxième opération environ trois mois après celle pour son cancer du sein.

Porter l’espoir au sein des entreprises

Selon Annie Duchesne, le lien employeurs et employés entourant le diagnostic de cancer est rarement mis en lumière. «Que ce soit la famille, les collègues ou les employeurs, soutenir quelqu’un qui reçoit un diagnostic de cancer se veut l’affaire de tous. C’est un travail d’équipe. On espère que le fait que nous fassions ce relais ensemble puisse amener les employeurs à s’impliquer lors des diagnostics de cancer, car ce n’est pas juste de dire que notre employé s’en va en maladie et que ça nous prend un remplaçant», insiste Mme Duchesne.

Chantal Michaud explique que lorsqu’une nouvelle comme le cancer s’abat sur quelqu’un, la famille est présente, mais également les collègues de travail. «On réalise aussi que les collègues de travail sont également touchés par notre diagnostic. Ça crée une proximité qui renforce les liens», confie la Porteuse d’espoir.

«Quand Chantal a eu son diagnostic, je savais très bien comment elle se sentait dans sa tête, mentionne Marie Boisclair. Tant que tu n’as pas un diagnostic, tu ne peux pas savoir tout ce que ça peut impliquer, et même si on a plein de monde autour, à quel point on peut être seul dans notre tête.»

Cette dernière ajoute que durant tout le processus, tous les collègues et Annie Duchesne ont été présents en mots et en gestes, telle une grande équipe.

En plus du Relais pour la vie de Trois-Rivières, la résidence tient en ses murs son propre événement en parallèle. «Comme on est une résidence pour ainés, on organise le Relais pour la vie en version miniature sur notre terrain qui est quand même grand. On profite de l’événement à l’interne pour vendre des luminaires qu’on amène le soir du relais», raconte Mme Duchesne.

«Si on veut faire la différence, il faut s’unir à un maximum de gens. Un soir, une nuit, pourrait changer des millions de vies. On cherche parfois la façon de faire changer les choses, voilà l’occasion de faire partie de la solution et de poser un geste concret pour peut-être avoir une vie sans cancer», conclut la présidente d’honneur.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de