Plus de 230 000 $ pour restaurer l’église à Sainte-Anne

SAINTE-ANNE-DE-LA-PÉRADE. Les cloches de l’église de Sainte-Anne-de-la-Pérade sonneront à nouveau. Le gouvernement du Québec accorde une aide financière de 179 040 $ pour la réalisation de travaux urgents.

Parmi ces travaux, il y a la réparation du plancher des cloches. Celui-ci est tellement abîmé qu’il a fallu prendre la décision de cesser de faire sonner les cloches. «Dans un premier temps, on avait fait des travaux sur le haut du clocher. On s’est rendu compte que le plancher des cloches avait une grande faiblesse. On doit faire cette grosse réparation en premier», indique Marie-France Rivard, présidente de la Fabrique de Sainte-Anne-de-la-Pérade.

«Par la suite, on doit sécuriser le clocher nord pour pouvoir aller vérifier les travaux à faire, ajoute Mme Rivard. Les échelles ne sont pas conformes et il n’y a pas de garde-corps pour ceux qui doivent monter. Pour vérifier l’état du clocher, on doit sécuriser l’endroit.»

Cette dernière estime que les travaux pourraient commencer à la mi-octobre, bien que rien ne soit garanti pour le moment. De plus, l’aide financière du gouvernement permettra la consolidation des toiles marouflées de la voûte de l’église.

Le coût total des travaux est évalué à 236 000 $. La somme versée par le gouvernement représente 75 % de la facture. De son côté, la Fabrique a déjà 16 000 $ d’amassés pour combler la balance. Des campagnes de financement seront mises sur pied prochainement pour investir le 25 % restant.

Par ailleurs, la façade de l’église devra également être réparée. «Quand on est tout près, on voit que les pierres ont commencé à se détériorer. Dans le carnet de santé d’il y a quelques années, on évaluait ces travaux à 210 000 $, mais nous sommes maintenant en 2016 alors il faudrait refaire de nouveaux calculs. Ce n’est pas une urgence au même titre que le clocher qui était sur le point de s’effondrer, mais c’est un gros bobo», conclut Mme Rivard.