Les travaux de réhabilitation du site de l’ancienne Aleris ont débuté

Le ministère de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs a confié à la firme Sanexen services environnementaux le mandat d’exécuter les travaux de décontamination des sols et des eaux souterraines du terrain de l’ancienne usine Aleris. Ces travaux sont estimés à 17,5 millions $.

Au cours des deux premières années de ce chantier, les sous-sols et les fondations de l’ancienne usine seront démolis, des sols contaminés seront excavés et des hydrocarbures seront pompés.

L’étude de caractérisation a évalué à 76 000 mètres cubes le volume des sols contaminés présents sur le site et a déterminé la présence d’hydrocarbures en phase libre à différents endroits.

Plusieurs mesures seront mises en place pour limiter l’impact des travaux sur la population avoisinante. L’horaire normal de travail, par exemple, sera limité, les travaux étant uniquement réalisés du lundi au vendredi, de 7 h à 18 h. Plusieurs mesures sont aussi prévues pour limiter l’émission de poussières, ces mesures pouvant même aller jusqu’à la suspension des travaux advenant le cas où les vents souffleraient en direction des secteurs résidentiels ou commerciaux.  

Des sols contaminés seront traités sur place au moyen de la technique des biopiles. Celle-ci consiste à former des empilements avec les sols excavés pour favoriser la biodégradation des contaminants.

Le traitement de ces sols contaminés se poursuivra pendant environ deux ans. L’objectif visé est de décontaminer ce terrain afin d’y permettre, au terme de ce vaste chantier, un usage résidentiel.

La firme Technorem assurera, de son côté, la surveillance des travaux de réhabilitation.

Rappelons que, depuis la fermeture de l’usine Aleris en 2009, le ministère a mené plusieurs démarches pour faire décontaminer ce site. Depuis 2011, des sommes importantes ont été déboursées pour exécuter les travaux requis.

Des avis de réclamation de près de 10 M$ ont été transmis à Corporation de développement TR inc. et à Recyclage Arctic Béluga inc. Le Ministère n’exclut aucune action ni aucun recours pour se faire rembourser les sommes investies pour assurer la réhabilitation de ce site.

Dans les dernières années, le ministère a procédé à la caractérisation du terrain et au maintien en fonction des pièges hydrauliques, à la gestion et disposition des matières dangereuses résiduelles et des bris de démolition et a effectué la démolition des infrastructures.

Rappelons que le 28 novembre 2019, l’entreprise Corporation de développement TR inc. a été déclarée coupable d’une infraction à la Loi sur la qualité à l’environnement pour avoir, en tant que propriétaire du site, refusé ou négligé de se conformer à l’ordonnance numéro 667, qui lui a été imposée le 7 juin 2017 en vertu de la même loi. (M.E.B.A.)