L’entreprise Industries Encore 3 débarque à Saint-Tite

ÉCONOMIE. La ville de Saint-Tite a annoncé la venue d’Industries Encore 3 dans son quartier industriel, compagnie spécialisée dans la fabrication d’absorbants pétroliers et de purification de graines d’asclépiade. Cette fibre aux capacités impressionnantes devrait permettre la création de plus de 200 emplois.

L’asclépiade est au cœur des activités de cette nouvelle entreprise d’extraction et de transformation de fibres naturelles, plante considérée par plusieurs comme une mauvaise herbe, mais qui peut être utilisée dans la fabrication de textiles, d’isolants et d’absorbants pouvant servir pour le pétrole par exemple.

Les perspectives sont donc très intéressantes pour Industries Encore 3, qui a choisi Saint-Tite comme terre d’accueil. «En 2011, j’ai entendu parler d’une plante dont j’ignorais tout. Nous avons vu tout son potentiel et avons décidé d’aller l’offrir à l’industrie, qui n’était pas prête. Nous avons décidé de lancer notre propre entreprise et c’est de cette façon que nous avons créé Industries Encore 3. C’est dans Mékinac que les agriculteurs ont osé semer l’impensable. En plus de leur proximité, le Centre local de développement nous a poussés à nous établir. Je n’ai jamais vu un organisme faisant preuve d’autant de compréhension envers les entrepreneurs. La date du 20 mars 2015 marquera l’histoire du Québec comme le début d’une grande aventure, qui aura un rayonnement international», a lancé le principal actionnaire François Simard en conférence de presse.

La Coopérative Monark, groupe de producteurs agricoles de quatre régions du Québec désirant partager leurs connaissances dans le domaine de culture du Soyer du Québec, n’a pas hésité à embarquer dans le projet d’une valeur de 460 100$, dont 100 000$ provenant du gouvernement du Québec. «Chaque région a ses avantages et inconvénients. Nos agriculteurs ont sauté dans l’aventure sans aucune garantie que celle d’innover. Nous allons valoriser l’exploitation de l’asclépiade et nous serons à la tête de la route de la soie en Amérique», a souligné son président Daniel Allard.

Un travail d’équipe

L’annonce n’est pas étrangère au travail acharné des acteurs économiques de la région au cours des dernières années. «Nous avons aujourd’hui le meilleur exemple de ce qu’une communauté entrepreneuriale peut faire. La Société d’infrastructures Mékinac a pris un risque en achetant le bâtiment, mais ça a été un bon coup», a raconté Patrick Baril, directeur général du CLD Mékinac.

L’entreprise située au 870 rang Sud engagera seize personnes spécialisées, un chiffre qui devrait grimper en flèche avec le travail des agriculteurs dans la région. «C’est une annonce drôlement importante, car elle amènera des emplois à Saint-Tite et la région. Nous sommes actuellement en réflexion avec le Carrefour jeunesse emploi sur une formule qui pourrait permettre aux jeunes de travailler à la culture des terres. Nous avons vraiment la place pour recevoir cette compagnie et je crois que tout ce que nous avons fait a certainement convaincu ses dirigeants», a mentionné le maire André Léveillé.