Comité de toponymie : trois noms de femmes pour un d’homme comme objectif

Le Comité de toponymie de la Ville de Trois-Rivières entend accorder une plus grande place aux femmes dans la toponymie municipale. Le Comité souhaite se donner pour objectif de nommer trois noms de rue en l’hommage de femmes qui ont marqué l’histoire Trois-Rivières pour un homme.

Tous les membres du Comité sont en faveur d’une prédominance pour l’octroi de noms féminins. Il importera, évidemment, que les noms soient significatifs dans l’histoire de Trois-Rivières.

«On est unanime : on veut aller le plus loin possible, pas seulement s’en tenir à un quota comme s’il s’agissait d’un seuil minimal, souligne Pierre-Luc Fortin, président du Comité de toponymie de la Ville de Trois-Rivières et conseiller du district des Estacades. On veut poser de bons gestes, mais en globalité, c’est un changement de culture que ça prend.»

M. Fortin remarque notamment que sur dix propositions de noms, le Comité de toponymie reçoit généralement un seul nom féminin en moyenne. «Il faudra envoyer le message aux organisations, aux organismes et à ceux qui nous font parvenir des propositions de trouver aussi des noms de femmes ayant contribué à l’histoire d’ici», plaide-t-il.

Un quartier dont les toponymes rendront hommage aux Filles du Roy est dans les plans, tout comme un quartier pour rendre hommage aux communautés autochtones. Ce dernier sera situé dans le secteur des Forges.

En ce qui concerne le développement qui prendra éventuellement place sur le site de l’ancienne usine Aleris, le Comité de toponymie aimerait faire ressortir le passé industriel du Cap-de-la-Madeleine dans les noms des rues.

Le Comité de toponymie travaillera aussi, bientôt, sur un plan d’action afin de revoir certaines procédures et se fixer des objectifs réalisables.

«On n’ouvre pas une tonne de nouvelles rues par année. On a une marge de manœuvre d’environ deux ou trois rues annuellement. Il peut y avoir d’autres possibilités, comme nommer des parcs, mais il faut travailler en ce sens. On va se donner une méthode de travail avec un plan d’action. On peut revoir certains critères également», indique M. Fortin.

Une ressource externe au comité serait nécessaire pour accompagner les membres du comité dans l’élaboration du plan d’action et une certaine recherche historique à faire.

Rappelons que le Comité de toponymie de Trois-Rivières travaille depuis plusieurs mois sur la nouvelle mouture de la Politique sur la dénomination toponymique. L’adoption de cette politique, initialement prévue en novembre dernier, avait été reportée afin que des amendements puissent y être apportés, en particulier en ce qui a trait à une meilleure représentativité des femmes dans les toponymes municipaux.

La Politique qui vise à structurer le traitement des demandes toponymiques et à mettre en place des procédures précises afin de guider le travail de tous les intervenants en la matière doit encore être adoptée par les élus.