Vision Zéro: le conseil divisé sur une nouvelle résolution

Vision Zéro: le conseil divisé sur une nouvelle résolution

Daniel Cournoyer (à droite) a déposé une nouvelle résolution en lien avec la Vision Zéro.

Crédit photo : Marie-Eve Alarie

TROIS-RIVIÈRES. La division demeure au sein des élus du conseil municipal, tandis qu’une nouvelle résolution a été déposée concernant la Vision Zéro, mardi soir, lors de la séance publique.

Le conseiller municipal du district de Sainte-Marthe, Daniel Cournoyer, souhaitait ainsi remplacer la résolution initiale de la Vision Zéro afin de reprendre le processus de consultation de la population dans chaque district électoral avant de prendre toute décision dans le dossier.

Une majorité de sept élus (Luc Tremblay, Claude Ferron, Denis Roy, Pierre-Luc Fortin, Pierre Montreuil, François Bélisle et Dany Carpentier) s’est opposée à cette demande et a choisi de conserver la résolution initiale soit de tenir une séance d’information et de consultation auprès de l’ensemble de la population vers le mois de février.

Valérie Renaud-Martin, Michel Cormier et Daniel Cournoyer ont été les seuls conseillers à voter en faveur de cette nouvelle résolution.

Plusieurs conseillers avaient demandé, avant la séance publique, de retirer cette résolution de l’ordre du jour, considérant l’absence de la conseillère qui pilote le dossier, Mariannick Mercure, pour des raisons familiales. Sabrina Roy, du district de la Madeleine était également absente.

M. Cournoyer a tout de même décidé d’aller de l’avant.

«Ça n’empêche pas la réalisation de la Vision Zéro. Je veux qu’on fasse un pas de recul pour mieux aller de l’avant. On n’a pas l’approbation citoyenne en ce moment. Il faut mettre la consultation citoyenne au début du processus, avant de prendre quelque décision que ce soit. Je veux rassurer la population», s’est défendu Daniel Cournoyer.

Durant la séance de travail des conseillers, Valérie Renaud-Martin, conseillère du district des Carrefours, a déploré le fait de voir le discours changer au fil des semaines. Elle se questionne également à savoir si la Vision Zéro est la bonne solution pour améliorer la sécurité routière.

«J’aurais aimé avoir une échelle de coûts et un vrai chantier sur la sécurité routière, a-t-elle soutenu. Il y avait une tonne de choses à faire avant de voter la résolution. Là, les citoyens se sentent pris là-dedans.»

De son côté, le conseiller François Bélisle s’est dit inquiet de voir le conseil ressortir de ce vote plus divisé qu’il ne l’était, tout en dénonçant ce qu’il considère être un jeu politique.

Une conseillère s’abstient de voter

La conseillère du district de Chavigny, Maryse Bellemare, a choisi de s’abstenir de voter sur cette résolution.

«Je trouve que je suis mal placée pour voter. J’entends ce que vous dites. Oui, j’ai voté en faveur de Vision Zéro la première fois. J’y crois encore. J’entends aussi la population et mes collègues. En séance de travail, plus tôt aujourd’hui, j’ai plutôt proposé de tenir une rencontre de conseil pour unifier notre vision avant de la présenter à la population. Je suis rendue là. Je crois qu’on gagnerait à discuter ensemble, plutôt que de s’envoyer des résolutions. Je ne peux pas prendre position aujourd’hui, car je ne pense pas que le conseil soit unifié», a-t-elle plaidé.

«Je souligne leur courage»

L’un des opposants de la première heure de la Vision Zéro, Stéphane Guay, a pris la parole durant la période de question pour souligner le travail effectué par Daniel Cournoyer et ses collègues Valérie Renaud-Martin et Michel Cormier qui avaient appuyé la résolution battue de mardi soir.

«Je salue leur courage politique d’avoir amené cette résolution. La décision prise ce soir envoie le signal que malheureusement, c’est la fermeture et un manque de sensibilité de ce que veut la population. Avant des prendre des décisions, les élus doivent prendre compte de l’opinion de la population», a-t-il commenté.

Ce qu’ils/elles ont dit…

«Dans la résolution [de ce soir], il est indiqué et je cite: “À ce stade-ci, les élus manquent d’informations sur la philosophie de Vision Zéro”. En ce qui me concerne, j’ai assisté à la présentation d’un docteur en santé publique et d’une ingénieure de la Ville qui avait bien étudié le dossier. J’ai écouté la présentation de mes collègues, fait des recherches et posé mes questions avant de voter. Ce sera le même processus avec les citoyens: on va les informer, les consulter et les écouter.» -Pierre-Luc Fortin, conseiller du district des Estacades

«Cette résolution n’amène rien au débat. (…) Il y aura une consultation pour aller chercher les idées des gens et on amendera des choses si on a à le faire. Que vient faire cette résolution dans le décor? Le but recherché, on l’atteint déjà avec la résolution qui est présentement en vigueur.» -François Bélisle, conseiller du district de Pointe-du-Lac

«Nous avons remarqué un plateau au niveau des accidents il y a quelques années. Le plus difficile à changer est le comportement humain. Il faut continuer à faire de l’éducation. Ne serions-nous pas mieux d’augmenter la présence policière aux abords des passages piétonniers et des traverses cyclables? Ne serait-on pas mieux de faire respecter les règlements déjà en place avant de mettre en place un projet comme la Vision Zéro?» -Valérie Ratelle-Gauthier, citoyenne

«Même sans Vision Zéro, le nombre d’accidents graves ou mortels baisse au Québec. Les routes sont plus sécuritaires. On peut se poser la question sur la pertinence de Vision Zéro.» -Simon Charest, citoyen.

Poster un Commentaire

avatar