Vers une hausse d’étudiants à l’UQTR

Photo de Audrey Leblanc
Par Audrey Leblanc
Vers une hausse d’étudiants à l’UQTR
Le recteur de l’UQTR, Daniel McMahon. (Photo : Audrey Leblanc)

L’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) s’attend à enregistrer une hausse de ses inscriptions.

«Quand je regarde les statistiques en date d’hier, tous les voyants sont au vert. On va avoir plus d’étudiants que l’an dernier», affirme le recteur, Daniel McMahon.

Selon ce dernier, il y a deux explications à ce phénomène. «Le premier, c’est le volet sécurité, dit-il. On a été capable de garantir que les étudiants seront bien servis au niveau de la formation et de la qualité de nos programmes. L’autre facteur, ce sont les étudiants qui prennent une pause après le cégep pour voyager. Cette année, comme ce n’est pas possible, on pense qu’il y a un phénomène de transition plus rapide entre le cégep et l’université.»

Les données officielles quant aux inscriptions seront dévoilées à la mi-septembre puisque les étudiants bénéficient d’une période de deux semaines pour abandonner leurs cours. «Mais, en date du 1er septembre, à tous les cycles, étudiants canadiens ou étrangers, on est en vert. On n’a pas de baisse de clientèle. On devrait même avoir une hausse, ce qui est excellent dans les circonstances», souligne le recteur.

Par rapport aux étudiants internationaux, il y a trois cas de figure. «Il y a les étudiants qui n’ont pas quitté qui auront leurs cours comme tous les étudiants canadiens. Il y a les étudiants qui n’étaient pas au pays et qui devaient obtenir tous les papiers requis pour entrer. S’ils ont ça en main et qu’ils ont fait leur quarantaine, ils font comme tous les autres étudiants. Et il y a ceux qui suivent la formation à distance. Certains utilisent donc cette opportunité. On espère être capable de les accueillir le plus rapidement possible», mentionne M. McMahon.

De règle générale, on compte un peu plus de 14 000 étudiants par année, dont environ 13 % sont des étudiants internationaux.

Formule hybride

En ce qui concerne les activités académiques, de 25 % à 30 % auront lieu en présentiel lors de la prochaine session, alors que le reste des formations seront offertes à distance. Parmi les différentes mesures en place, toute personne qui se présente à l’un des campus ou des centres universitaires de l’UQTR a l’obligation de porter un masque dans les espaces publics.

De l’affichage spécial a été installé et des équipements ont été déplacés dans certains lieux comme la bibliothèque, la cafétéria, les halls et corridors pour assurer une distanciation physique appropriée.

De plus, tous les membres de la communauté universitaire ont été avisés des consignes sanitaires en place ainsi que de leur obligation à suivre une formation en ligne et à remplir un court formulaire d’autoévaluation des symptômes avant de se présenter à l’université. Ce formulaire devra être rempli chaque jour où l’étudiant devra revenir à l’université.

«Le pari qu’on a pris, c’est que les étudiants vont avoir des cours de qualité égale ou supérieure à ce qu’ils ont déjà eu. Personne ne va avoir une formation diluée parce que les cours se donnent en ligne, tient à préciser le recteur. On a des standards de qualité qu’on applique. Le diplôme universitaire a une valeur et il n’est pas question que cette valeur soit entachée.»

Changements et innovation

La pandémie n’aura pas eu que des effets négatifs. Face à la situation, l’UQTR a revu ses façons de faire et certains changements ont donné lieu à des améliorations notoires.

«On a innové à tous les niveaux, lance M. McMahon. C’est certain qu’il y aura un après-COVID en terme d’organisation du travail, dans la façon d’offrir les services et en terme de flexibilité. Beaucoup de façons de procéder sont devenues informatisées.»

«La COVID-19, c’est une occasion de dépassement pour faire en sorte d’améliorer nos façons de faire, ajoute ce dernier. Je pense que l’université sort grandie de ça, ne serait-ce que par l’amélioration de certains processus.»

Par exemple, des professeurs ont découvert que d’offrir une partie des cours en ligne et une partie en présentiel est plus efficace sur le plan de l’apprentissage. En combinant les deux façons de faire, la formule est plus riche parce que les étudiants peuvent acquérir la connaissance à leur rythme et développer la compétence lors des séances en présentiel.

Du nouveau à l’Université du troisième âge

À la session d’automne 2020, l’Université du troisième âge (UTA) offrira à ses apprenants de nouvelles activités, soit des rencontres avec des personnalités provenant de différents milieux. Patricia Power les interrogera sur leurs parcours professionnel, personnel, les causes qu’ils défendent afin de permettre aux apprenants d’en apprendre davantage sur certains sujets d’actualité ou autre. Sous l’appellation « Les rendez-vous de Patricia », il est possible de trouver les informations sur le site internet de l’UTA au www.uqtr.ca/uta.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires