Steven Roy Cullen: « Il faut changer la recette et les gens sont prêts à écouter ce qu’on propose »

Par marie_eve_alarie
Steven Roy Cullen: « Il faut changer la recette et les gens sont prêts à écouter ce qu’on propose »
Steven Roy Cullen, candidat de Québec solidaire dans la circonscription de Trois-Rivières. (Photo : (Photo Marie-Eve Alarie))

Les élections provinciales auront lieu le 3 octobre. L’Hebdo Journal est allé à la rencontre des candidats et candidates de la circonscription de Trois-Rivières pour en apprendre davantage sur leurs priorités. On vous présente Steven Roy Cullen, candidat de Québec solidaire.

Directeur général de la Gazette de la Mauricie depuis 2015, Steven Roy Cullen milite depuis ses 18 ans en politique. Il a notamment été inspiré par Jack Layton lorsqu’il était à la tête du Nouveau parti démocratique sur la scène fédérale, ainsi que par Françoise David. Le candidat a d’ailleurs contribué à la création de Québec solidaire.

« J’aime le travail de terrain et prendre le temps de discuter avec les citoyens. Avec la campagne électorale, on a le temps de se comprendre, d’écouter les gens parler de ce qu’ils vivent, ce qui les préoccupe. Je veux arriver avec des propositions pour les aider, explique Steven Roy Cullen. Je vois une différence depuis la dernière élection. Les gens montrent plus d’ouverture à nos idées. Je pense que les gens sont déçus de la Coalition Avenir Québec (CAQ) qui a été élue sur une promesse de changement et qui a reproduit le même modèle qu’avant. Il faut changer la recette et les gens sont prêts à écouter ce qu’on propose. »

Sur le terrain, M. Roy Cullen se fait régulièrement parler de la santé de la démocratie du Québec.

« Plusieurs personnes ne se trouvent pas assez écoutées. On s’est engagé à la réforme du mode de scrutin. Ça doit être changé absolument pour que ce soit plus représentatif. Je crois aussi qu’il y a une éducation politique à faire, en ce sens que beaucoup de gens pensent que c’est du pareil au même s’ils vont voter ou non. C’est important de voter parce que le système politique a un impact sur nos vies tous les jours. Les politiques du Québec ont beaucoup d’influence sur nos villes et nos communautés », indique-t-il.

De la crise du logement au modèle de Carpe Diem

S’il est élu le 3 octobre, le candidat de Québec solidaire s’engage à rencontrer les acteurs du milieu pour régler la crise du logement qui est criante à Trois-Rivières. Le taux d’inoccupation vacille présentement entre 0,8 et 0,9%. Pour qu’un marché soit équilibré, il faudrait que ce taux soit d’environ 3%. Mais plus précisément, M. Roy Cullen souhaite s’attaquer à la situation des logements disponibles, mais qui ne sont pas disponibles sur le marché de la location.

« Dans de telles situations, on peut supposer que l’investisseur réside à l’extérieur de la ville. Je veux que Trois-Rivières puisse taxer différemment les immeubles à logements qui sont dans cette situation. Pour cela, il faudrait permettre cette flexibilité fiscale aux villes pour qu’elles puissent taxer davantage les logements vacants versus les logements occupés », précise-t-il.

Le candidat s’engage également à exporter le modèle mis en place chez Carpe Diem – Centre de ressources Alzheimer aux quatre coins du Québec. « C’est un modèle suivi par plusieurs pays, mais on n’en voit pas d’autres l’adopter au Québec. Je suis proche aidant de mon père et je suis à même de constater que le réseau est mal adapté pour les gens ayant des pertes cognitives, confie-t-il. Parfois, ils sont laissés à eux-mêmes. Le modèle de Carpe Diem est une fierté pour Trois-Rivières et devrait pouvoir être mis en place dans les autres régions. »

Un gouvernement de Québec solidaire entend également ramener le réseau de la santé à une « échelle plus humaine », notamment en misant davantage sur les CLSC et en ramenant des directions locales. Le parti souhaite aussi réformer la rémunération des médecins.

L’environnement et la lutte aux changements climatiques occupent aussi une partie importante de la plateforme de Québec solidaire. M. Roy Cullen a déjà annoncé qu’il s’opposait à l’agrandissement du parc industriel Carrefour 40-55 dans un milieu humide. « Si on détruit un milieu humide pour installer des entreprises, même si elles sont spécialisées en technologies vertes, ça ne fonctionne pas, car les milieux humides captent beaucoup de gaz à effet de serre. Par ailleurs, Trois-Rivières est déjà bien positionnée pour la lutte aux changements climatiques, en ce sens où on a des entreprises qui œuvrent pour la transition énergétique. On a aussi l’Institut de recherche sur l’hydrogène à l’Université du Québec à Trois-Rivières, énumère-t-il. L’hydrogène est une avenue intéressante pour la transition énergétique des véhicules lourds et commerciaux. Dans la transition, il y aura sûrement des entreprises qui devront fermer en raison de leur domaine de production ou parce que leur empreinte carbone est trop importante, mais on sera là pour soutenir les employés et les aider à se replacer ailleurs. »

Immigration et amélioration technologique pour aider le marché du travail

La Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières a identifié la pénurie de main-d’œuvre comme enjeu prioritaire de cette élection. L’organisation espère entendre des solutions pour contrer la rareté de main-d’œuvre, des attentes au niveau de l’innovation, ainsi que de la santé mentale des entrepreneurs.

Le candidat de Québec solidaire dans la circonscription de Trois-Rivières s’engage à améliorer les conditions de travail des travailleurs. Par ailleurs, l’amélioration technologique des entreprises et une augmentation des seuils d’immigration font partie du plan du parti pour atténuer les impacts de la pénurie de main-d’œuvre.

« Il faudra aussi améliorer la reconnaissance des diplômes et entamer des négociations avec les ordres professionnels en ce sens. Il faut vraiment régler ça, tout comme le statut de reconnaissance des réfugiés. C’est une aberration que des immigrants réfugiés se fassent refuser ce statut quand ça fait quatre ans qu’ils sont avec nous au Québec et qu’ils sont intégrés », complète Steven Roy Cullen.

Message aux électeurs

Ma force, c’est d’être rassembleur. J’ai toujours travaillé à mobiliser des collectivités et je vais continuer. Être député me donnerait une position privilégiée pour pouvoir le faire. Donnez-vous le droit de rêver d’un avenir meilleur. Gardons espoir. On n’est pas condamné à gérer le statu quo. On a une vision d’avenir.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires