Élections provinciales: les candidats débattent devant la Chambre de commerce

Par marie_eve_alarie
Élections provinciales: les candidats débattent devant la Chambre de commerce
Les candidats dans la circonscription de Trois-Rivières: Jean Boulet, Steven Roy Cullen, Laurent Vézina, Adams Tekougoum et Karine Pépin. (Photo : (Photo Marie-Eve Alarie))

Les candidats des cinq principaux partis dans la circonscription de Trois-Rivières ont eu l’occasion de débattre des enjeux d’économie, d’environnement, de santé et de logement dans le cadre du débat local organisé par la Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières et ICI Radio-Canada Mauricie.

Jean Boulet (Coalition Avenir Québec), Steven Roy Cullen (Québec solidaire), Laurent Vézina (Parti québécois), Adams Tekougoum (Parti libéral du Québec) et Karine Pépin (Parti conservateur du Québec) ont pu présenter les idées et projets de leur parti respectif et questionner leurs adversaires sur leurs positions.

Les candidats ont évidemment été questionnés sur leurs solutions à la pénurie de main-d’œuvre. M. Tekougoum a rappelé qu’en plus d’établir un seuil d’accueil de 70 000 immigrants pour la première année, le plan libéral prévoit des incitatifs financiers pour encourager les travailleurs expérimentés à demeurer ou à revenir sur le marché de l’emploi. Il insiste également sur l’importance d’améliorer la reconnaissance des acquis et des compétences des travailleurs étrangers.

De son côté, le candidat péquiste considère que la solution réside surtout en l’amélioration de la productivité des entreprises, notamment par l’automatisation et la robotisation des procédés. M. Vézina affirme que son parti entend se limiter à l’accueil de 30 000 immigrants afin de mieux les intégrer dans les régions.

Pour Québec solidaire, la solution passe par l’offre de meilleures conditions de travail pour diminuer les cas d’épuisement professionnel et augmenter la productivité des entreprises, tandis que Jean Boulet se dit confiant d’arriver à négocier une entente avec le gouvernement fédéral pour permettre au Québec d’obtenir plus de pouvoirs en matière d’immigration afin de faire venir des travailleurs dans les régions.

Le président de la CCI3R, Patrick Massicotte, qui a identifié la pénurie de main-d’œuvre comme l’enjeu principal de cette campagne électoral, s’est dit satisfait de la réponse des candidats. « La question des seuils d’immigration, qui est l’une des solutions potentielles à la pandémie, a été bien claire pour les différents partis. Par contre, en ce qui concerne l’automatisation, la robotisation et l’efficacité en entreprise, les candidats n’ont pas été capables d’exprimer concrètement ce qu’ils apporteraient pour y arriver. Parle-t-on de crédits d’impôts? De subventions? On parle beaucoup d’efficacité, mais ça doit venir avec un volet de formation. Qu’est-ce qu’ils veulent faire pour rendre nos entreprises plus efficaces? J’aurais aimé plus de précisions dans ce volet », commente M. Massicotte qui insiste sur le besoin d’avoir un plan de match très clair le plus rapidement possible en prévision du pic de la pénurie estimé en 2032.

L’aide aux municipalités et Carrefour 40-55

Plusieurs enjeux municipaux ont aussi été abordés. Les candidats ont eu à répondre sur les façons dont leur parti entend aider les municipalités à boucler leur budget sans qu’elles aient à trop hausser les taxes aux citoyens.

À la CAQ, il est question de discuter de tout cela au moment de l’expiration du pacte fiscal entre le gouvernement et les municipalités d’ici deux ans. M. Roy Cullen plaide pour un meilleur financement aux municipalités afin de leur donner plus de flexibilité, tandis que Laurent Vézina, du PQ, mentionne que son parti veut régionaliser les budgets du gouvernement du Québec afin d’aider directement les municipalités. Le libéral et la conservatrice mentionne leur intérêt à être partenaire avec les municipalités dans le dossier.

« J’étais au sommet de l’Union des municipalités du Québec à Montréal dernièrement et je constate une certaine cohérence avec ce qui a été dit là-bas, commente le maire Jean Lamarche. Toutefois, à l’intérieur des lignes, il faut savoir que, par exemple, si on veut parler d’abolition des droits de mutation, on ne peut pas le faire sans avoir de compensation pour les municipalités, car c’est une source de revenus. Aussi, si on suspend la TVQ sur des produits, il faut savoir que les municipalités reçoivent un certain pourcentage du 1% de TVQ. Autrement, on ne peut pas dire qu’on veut augmenter les revenus des municipalités en les diversifiant et dire qu’on veut couper les quelques sources de revenus autres que les taxes. »C’est

Le dossier du projet d’expansion du parc industriel Carrefour 40-55 sur un milieu humide est revenu dans le débat. Si Adams Tekougoum et Karine Pépin souhaitent attendre le résultat et l’analyse des études en cours dans le dossier, le candidat solidaire considère que « cela n’a aucun sens de détruire un milieu humide qui séquestre le carbone de façon importante » pour y installer des entreprises. Quant à lui, M. Boulet se dit clairement en faveur de l’expansion du parc industriel sur ces terrains, à condition que les normes environnementales soient respectées. Celui-ci indique qu’il faut continuer les consultations à ce sujet et que tout soit fait dans la transparence.

Les cinq candidats se sont également montrés en faveur du projet de passerelle pour le vélo sur le pont Radisson.

« C’est une très bonne nouvelle que ce projet fasse un sens avec les convictions de chaque parti. C’est au niveau du montage financier et qui en aura la responsabilité qu’il faudra tabler. Je pense que la Ville doit s’investir, mais ça doit être un projet du ministère des Transports. C’est ce qui serait logique, mais de voir l’intérêt des candidats sur ce projet, c’est très encourageant », ajoute le maire.

***

Pour écouter le débat dans son ensemble: https://fb.watch/fGXWW_FXTF/

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires