« Ce n’est pas une annonce à connotation financière, mais un véritable enjeu humain » – Jean Boulet

Photo de jcossette
Par jcossette
« Ce n’est pas une annonce à connotation financière, mais un véritable enjeu humain » – Jean Boulet
S’il est réélu le 3 octobre prochain, Jean Boulet, candidat pour la Coalition Avenir Québec (CAQ) dans le comté de Trois-Rivières, s’engage à soutenir un projet pilote d’inclusion sociale en itinérance élaboré par l’organisme Point de Rue. (Photo : Jonathan Cossette - Hebdo Journal)

S’il est réélu le 3 octobre prochain, Jean Boulet, candidat pour la Coalition Avenir Québec (CAQ) dans le comté de Trois-Rivières, s’engage à soutenir un projet pilote d’inclusion sociale en itinérance élaboré par l’organisme Point de Rue.

Cette initiative, qui sera réalisée en partenariat avec différents acteurs du milieu, a pour objectif de favoriser l’inclusion sociale des personnes en situation de rue vivant des enjeux de santé mentale, d’itinérance et d’adaptation sociale. Annuellement, on estime que 75 personnes pourraient bénéficier de différents contrats tel que l’entretien d’espaces publics au centre-ville, en collaboration avec Trois-Rivières Centre, Innovation et développement économique Trois-Rivières (IDETR) ou encore le Port de Trois-Rivières.

« Point de Rue accompagne des personnes qui sont en situation d’itinérance ou ayant des problèmes de santé mentale. Lorsque j’étais impliqué à Centraide Mauricie, j’étais venu rencontrer et servir les gens et j’ai réalisé à quel point cette problématique-là était importante à Trois-Rivières. Là, on a vécu une pandémie et elle a provoqué une hausse des demandes. Je ne fais pas une annonce à connotation financière ici, mais un véritable enjeu humain parce que c’est un projet innovant en inclusion sociale. On va permettre, avec ce projet-là, de mobiliser des partenaires. On va permettre aux personnes d’être actives et de se redonner une estime d’elle-même », a commenté Jean Boulet, candidat de la CAQ.

« C’est un projet novateur pour notre ville, et pour notre région, et un projet qui pourrait devenir un exemple en matière d’inclusion sociale, partout. »

Notons que l’organisme Point de Rue constate une forte augmentation des demandes au sein de ses différents services depuis les dernières années. En plus de cette hausse, les enjeux de santé mentale, exacerbés par la pandémie, ont complexifié les types d’intervention. « Avec un projet comme celui-ci, on permet à ces personnes de développer leur estime de soi tout en leur offrant un revenu d’appoint qui peut contribuer à l’accès au logement et à son maintien, à la sécurité alimentaire et à leur autonomie », poursuit le candidat caquiste.

« Si on veut favoriser une vraie inclusion sociale, il faut offrir la possibilité aux gens en situation de rue de pouvoir contribuer à la société et le projet qu’on souhaite développer aujourd’hui, c’est ça! », a pour sa part témoigné Philippe Malchelosse, directeur général de l’organisme Point de Rue depuis 2000. « Je vais vous rappeler que ça fait 27 ans que je suis dans le domaine de l’itinérance et j’ai fait un grand constat au début des années 2000. Il y avait un jeune qui venait ici et il ne formulait jamais aucune demande d’aide. On s’est rendu compte que nous étions un peu aveugles et sourds. Il nous en formulait des demandes, indirectement. Il voulait nous dire « comment puis-je être utile et comment puis-je vous donner un coup de main? » Ce jeune homme s’appelle Chad Badger. Il avait à répondre au besoin de se sentir utile. Ce fut extrêmement efficace pour lui et depuis, il est maintenant responsable adjoint du centre de jour. »

Rappelons que les élections générales québécoises se tiendront le 3 octobre prochain afin de renouveler les 125 sièges de l’Assemblée nationale du Québec.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires