La retraite pour France Cinq-Mars après toute une carrière consacrée à la Ville

Par marie_eve_alarie
La retraite pour France Cinq-Mars après toute une carrière consacrée à la Ville
France Cinq-Mars prend sa retraite après une carrière de 34 ans au sein de la Ville, dont les six dernières à titre de directrice générale. (Photo : (Photo Marie-Eve Alarie))

France Cinq-Mars s’attendait à ce que la journée du 21 juin soit euphorique d’une certaine façon, mais au final, elle se sent surtout fébrile et nerveuse. C’est que lorsque la séance publique du conseil municipal sera terminée ce soir, France Cinq-Mars quittera la Ville de Trois-Rivières après 34 années d’engagement, dont les six dernières à la direction générale.

Mme Cinq-Mars a fait son entrée dans le monde municipal à la Ville de Cap-de-la-Madeleine en 1988 à titre de contrôleuse. De fil en aiguille, elle a gravi les échelons à la direction des finances, puis à la direction générale adjointe avant d’être nommée directrice générale en 2016.

« Devenir directrice générale n’était pas inscrit dans mon plan de carrière. C’est une succession de hasards de la vie qui m’y a mené », raconte celle qui a été aux premières loges pour constater l’évolution importante du monde municipal durant plus de 30 ans.

« À mes débuts, la Ville donnait des services de proximité: l’eau, les égouts, la collecte des ordures… Aujourd’hui, une Ville s’occupe aussi du développement social, économique et culturel, en plus des services aux citoyens. Quand on parle de gouvernement de proximité, c’est exactement ça », souligne Mme Cinq Mars.

Mais ce qui n’a pas évolué, c’est la forte dépendance des villes aux revenus tirés des taxes foncières pour payer pour tous ces enjeux, note-t-elle. À Trois-Rivières, environ 80% des fonds publics sont rattachés aux taxes municipales.

« Les citoyens ont atteint la limite de leur capacité de payer, affirme la directrice générale des six dernières années. Il faudra être inventif, mais aussi que les gouvernements supérieurs se mettent de la partie pour nous donner de l’air à ces niveaux, d’autant plus quand on regarde les enjeux qui arrivent. Ça ne fera pas diminuer les coûts. »

Elle pense notamment aux enjeux en lien avec la crise climatique et le développement durable. « On voit que les gens se soucient du développement économique, mais pas à n’importe quel prix. »

Du service 311…

Au fil des années, France Cinq-Mars a notamment contribué à l’élaboration de la Politique du développement durable, au déploiement du service 311 et de la Direction des communications et de la participation citoyenne. Celle qui occupait également le titre de directrice des finances a aussi convaincu l’ancien maire, Yves Lévesque, de mettre en place une Politique sur la gestion de la dette pour mieux gérer les excédents financiers. « Plusieurs municipalités se sont informées de cette politique. Elle a fait le tour de la province. Ça évite aussi d’avoir à improviser chaque année. »

Par la force des choses, Mme Cinq-Mars aura eu à travailler à de nombreuses reprises avec l’équipe de la Sécurité civile, « ma bête noire quand je suis arrivée à la direction générale », confie-t-elle. « Au final, il aura fallu gérer deux inondations majeures, une pandémie, le barrage de la rivière Millette qui cède, le bris d’une importante conduite de refoulement d’égout dans le secteur Cap-de-la-Madeleine… »

Tout ce travail avec l’Organisation municipale de la sécurité civile (OMSC) l’a toutefois inspirée pour mettre en place une gestion plus transversale au sein de l’administration municipale.

« Je voulais abattre des silos et rassembler les équipes autour d’une vision commune. L’OMSC en est un bel exemple, car des gens de tous horizons doivent collaborer pour gérer les crises. Toute cette expérience m’a aidée. Cette nouvelle gestion transversale nous permet de travailler en six chaînes de valeur dans lesquelles on peut greffer les départements qui sont en lien avec un dossier. C’est pas mal une fierté d’avoir implanté ça. Ce modèle vient nous assurer que, quelle que soit la chaîne de valeur, les personnes concernées y seront toutes, plutôt que ce soit réparti dans plusieurs comités à la fois. »

…à la gestion d’une pandémie

La pandémie de COVID-19 aura évidemment fortement marqué son mandat à la direction générale. 

« On était dans l’inconnu, rappelle-t-elle. On a pu constater la compétence de toute l’équipe des 1200 employés de la Ville. On a vu de belles choses, comme l’implication des employés au Programme Pair. Des liens se sont créés. Cette épreuve a soudé l’équipe et ça a contribué à mettre en place la gestion transversale. »

France Cinq-Mars part aussi en ayant contribué à la formation de la relève pour assurer la pérennité des services municipaux. Présentement, 12 des 17 membres de la direction municipale proviennent de l’interne.

« Une femme de tête et de cœur »

France Cinq-Mars s’est démarquée par son leadership rassembleur durant son mandat comme directrice générale de la Ville. D’ailleurs, le maire et les conseillers ont rendu hommage à France Cinq-Mars en ouverture de la séance du conseil municipal.

« Ce mandat est historique. France a été la première femme directrice générale de la Ville de Trois-Rivières. Elle est une femme engagée, avec un niveau d’accueil et d’intégration impressionnant, et hyper intelligente, lance le maire Jean Lamarche. Son leadership est admirable. Elle a été extrêmement rassembleuse pendant la pandémie et j’ai beaucoup d’admiration pour elle. »

Les gens qui l’ont côtoyée au quotidien ne tarissent pas d’éloges à son endroit. « France est une femme de tête et de cœur. C’est ce qui la définit le mieux, ajoute Annie Pagé, directrice générale adjointe – Proximité. Elle a un grand souci des personnes autour d’elle. C’était important pour elle que l’on soit bien. Elle nous a poussés à être meilleurs, tout en douceur. »

Robert Dussault, directeur général adjoint – Planification, relève, à son tour, son grand sens d’analyse et la grande écoute dont Mme Cinq-Mars faisait preuve envers ses partenaires.

« Quand on est une femme, on est fière d’être près d’une femme comme France Cinq-Mars, témoigne Marianne Méthot, directrice du cabinet du maire Jean Lamarche. Elle fait preuve de beaucoup de rigueur, est capable d’adresser une problématique, d’amener des solutions et de rassembler les gens autour d’elle. Travailler avec elle, c’était un privilège. »

France Cinq-Mars passe maintenant le flambeau au nouveau directeur général, François Vaillancourt. Elle quitte une équipe qui lui manquera, affirme-t-elle. 

« À la Ville, on travaille pour plus grand que soi. On souhaite faire la différence dans la vie des citoyens. Je leur souhaite de trouver du bonheur dans ces réalisations. Je leur souhaite tout le succès du monde. »

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires