L’art du haïku vu par des élèves de maternelle

Marie-Eve B. Alarie

L’art du haïku vu par des élèves de maternelle
La classe de maternelle de Caroline Ricard vient de faire paraître un recueil de haïkus. (Photo : (Photo Marie-Eve Alarie))

Ils ne sont âgés que de cinq ou six ans, mais les 18 élèves de la classe de maternelle de Caroline Ricard ont accompli un projet de grands: ils ont écrit un livre.

Ce livre, c’est un recueil de 100 haïkus qu’ils ont composés toute l’année durant.

« À cinq ans, ils ont le sens du punch, affirme Caroline Ricard, enseignante de maternelle à l’école primaire d’éducation internationale du secteur Est. Tous les instants de l’année sont devenus des prétextes pour créer des haïkus. Ça se composait naturellement. »

Un haïku est un court poème d’origine japonaise qui compte traditionnellement 17 syllabes. Ou comme le précise Nadine: « C’est un poème de trois lignes. C’est cinq sauts de grenouilles, puis sept sauts de grenouille, puis cinq autres sauts de grenouille ».

L’étincelle de ce projet est apparue à l’automne. L’auteure Nancy Montour était venue rencontrer les élèves de la classe pour leur expliquer son travail. C’est à ce moment qu’ils ont déclaré qu’eux aussi, ils voulaient faire un livre.

Puis, Yoko Satoyoshi est allée rencontrer la classe pour leur en apprendre plus sur son pays d’origine, le Japon. Ils ont appris que beaucoup de choses venaient du Japon: « Mario Bros, Sonic, les cartes Pokémon, les nouilles ramen, le riz, les kimonos, les sushis », énumèrent les enfants, les uns après les autres. Mais aussi, ils ont découvert l’art du haïku.

Et ils ont vite été captivés par la création de haïkus qui ont surtout été imaginés dans la classe extérieure. « Il y avait des instants qui faisaient trop d’images dans nos têtes. Il fallait que ça sorte en mots. On n’a pas arrêté d’en composer! », raconte madame Caroline.

Le recueil intitulé Notre année haïkus en classe à ciel ouvert est divisé en quatre chapitres représentant une saison chacun. C’est que les élèves ont fortement été inspirés par la nature, mais aussi par de petits moments de leur quotidien.

Comme ces gants collés qui sont devenus: Deux gants / Collés ensemble / Comme un gros câlin. Ou encore ce mille-pattes observé à l’extérieur: Un petit mille-pattes / Caché sous les feuilles / La gêne peut-être.

Ils se sont aussi laissé inspirer par les outardes, le Titanic et la nature, mais aussi plus récemment par la petite fille ukrainienne qui chantait la chanson Let It Go, à l’abri des bombardements. Certains de ces haïkus ont été écrits personnellement par les élèves, tandis que d’autres ont été travaillés par toute la classe.

L’enseignante avait elle-même été formée à l’art du haïku au tournant des années 2000. Elle avait d’ailleurs contribué à l’écriture d’un recueil de haïkus sur la fusion municipale. Cette forme d’art était restée dans sa vie, mais cette fois, elle avait l’occasion de la faire ressortir avec ses élèves.

« C’est la première fois que je fais un travail de cette ampleur avec une classe de maternelle, confie Caroline Ricard. Ce livre leur fera un beau souvenir de cette expérience d’artiste. Ça vient aussi conclure à merveille le module sur les arts sur lequel on a travaillé. »

Pour cette première édition, une centaine de livres ont été imprimés. Les élèves ont d’ailleurs eu l’occasion de lancer le livre devant les membres de leur famille la semaine dernière dans le cadre d’une activité spéciale lors de laquelle ils ont présenté les différentes formes d’art qu’ils ont travaillées dans le module. Les enfants ont aussi récité des haïkus tirés du recueil.

« Je pense que ça leur a permis de vivre une expérience de grand. Ça leur montre aussi qu’ils peuvent faire de grandes choses même s’ils sont petits et que l’entraide peut nous permettre d’arriver à faire quelque chose d’extraordinaire. Je crois que cette expérience les a rendu fiers », souligne madame Caroline.

« De mon côté, ça m’a montré à être à l’écoute de ce que les enfants énoncent, aux images qu’ils expriment. Ça fait sortir de la routine, aussi C’est enrichissant et stimulant se suivre leurs propos, leurs envies et leur énergie. C’est payant de travailler avec leurs intérêts », conclut l’enseignante.

Le recueil Notre année haïkus en classe à ciel ouvert est édité par Rapido Livres et est maintenant en vente dans les librairies du Canada grâce à BouquinBec (https://bouquinbec.ca/).

Notons que les redevances permettront d’ajouter de l’équipement pour la classe à ciel ouvert de l’école primaire d’éducation internationale du secteur Est.

Le livre sera aussi disponible dans les bibliothèques. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Colette Parayre
Colette Parayre
1 mois

quelle magnifique initiative Bravo !