L’UQTR dévoile 11 projets de son tout nouveau Fonds écoresponsable

Photo de jcossette
Par jcossette
L’UQTR dévoile 11 projets de son tout nouveau Fonds écoresponsable
Un projet pilote de compostage sera aussi mené au campus de Drummondville, conjointement avec une initiative de sensibilisation à la récupération. (Photo : Jonathan Cossette - Hebdo Journal)

L’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), qui avait présenté son tout nouveau Fonds écoresponsable (F.E.U. Vert) en février dernier, a dévoilé ce vendredi les onze premiers projets qui ont été retenus.

Mentionnons d’abord que près de 37 000$ seront remis par le F.E.U. Vert pour la réalisation de ces différentes initiatives proposées par des membres de la communauté universitaire.

« Nous avons reçu 24 propositions en très peu de temps et le comité a dû faire des choix difficiles. Il s’agissait du premier appel de projets du F.E.U. Vert et je suis extrêmement fier de la participation de notre communauté universitaire. Ce fonds s’ajoute à toutes les actions de recherche, de formation et de sensibilisation dans lesquelles l’UQTR s’investit pour une meilleure santé environnementale depuis des années », a d’abord lancé Christian Blanchette, recteur de l’UQTR.

« Ce n’est que la suite des choses pour l’UQTR, où plusieurs initiatives sont prises depuis quelques années. Le programme F.E.U. Vert, c’est ce qu’il veut continuer de faire. Bien peu de gens le savent, mais à titre d’exemple, l’UQTR est rendue à 26 bornes de recharge. Il n’y a pas une université qui en compte autant. Le développement durable, c’est vraiment l’affaire de tous et tous les petits gestes comptent. »

Les projets retenus sont très diversifiés, allant de l’achat d’équipement aux activités d’éducation, en passant par la valorisation des déchets. Trois projets sont spécifiquement dédiés au compostage. Un premier bac de compostage sera installé à l’extérieur, sur le campus trifluvien, à la disposition des étudiants, tandis qu’un îlot de compostage sera placé à la cafétéria afin de valoriser la matière organique normalement jetée aux ordures.

« Les personnes qui se sont investies dans ce processus deviendront des modèles pour celles et ceux qui veulent poser des gestes qui nous aideront à assurer une meilleure santé environnementale et à combattre les changements climatiques », a lancé Julie Laforme, directrice du Service du développement humain et organisationnel de l’UQTR.

« Parmi les projets notoires se trouvent la création d’espaces verts servant à la protection des papillons monarques, l’acquisition d’un nouveau réfrigérateur qui permettra à l’organisme Le Bon Camarade de poursuivre sa mission d’aide alimentaire, ainsi que la récupération et la valorisation de mobilier destiné aux ordures. À tous ces projets s’ajoutent des initiatives de sensibilisation et de formation sur les thèmes de la réduction des déchets, de l’utilisation des produits hygiéniques durables, des occupations écoresponsables en ergothérapie, ainsi que sur la transition énergétique. »

Un projet pilote de compostage sera aussi mené au campus de Drummondville, conjointement avec une initiative de sensibilisation à la récupération. Les professeurs, chargés de cours, employés et étudiants de l’UQTR qui souhaitent soumettre un projet au comité de sélection peuvent consulter les critères d’admissibilité en se rendant au www.uqtr.ca/feuvert (avant le 30 septembre).

« Il y a des projets qui n’ont pas été pris, mais on les accompagne à savoir comment leur projet pourrait être bonifié. Parfois, ce n’était qu’une question d’impact du montant demandé par rapport à l’impact que ça peut apporter. Dans certains cas, c’était un peu disproportionné. Nous les accompagnons pour qu’ils puissent aller dans la bonne direction en leur donnant aussi les raisons du pourquoi ils n’ont pas été pris. Ils seront invités à resoumettre leur projet par la suite », a pour sa part confié Joëlle Gagné, directrice du développement à a fondation.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires