À louer, à louer, à louer…

Par Martin Sylvestre
À louer, à louer, à louer…
Photo

Les affichettes rouges «À louer» se comptent par dizaine dans les rues de Trois-Rivières par les temps qui courent.

Une personne à la recherche d’un appartement peut s’attendre à débourser en moyenne 520 $ par mois pour habiter un quatre et demi.

Le prix mensuel d’un loyer s’avère cependant très différent d’un point de la ville à l’autre. On remarque un écart moyen de 100 $ entre un logement du centre-ville et un autre situé dans le secteur de Trois-Rivières Ouest, celui au centre-ville étant le moins cher des deux.

«Les logements au centre-ville sont moins coûteux puisqu’ils sont plus vieux et souvent moins bien isolés et les locataires se retrouvent à chauffer l’extérieur», avance Diane Vermette, coordonnatrice du Comité de logement de Trois-Rivières.

À louer, à louer, à louer…

La ville a connu une hausse du taux d’inoccupation des logements en 2009, mais Mme Vermette ne s’en formalise pas vu que…

…la situation n’est pas dramatique. Elle précise qu’une augmentation de la statistique coïncide habituellement avec la construction de nouveaux bâtiments.

«Il y a beaucoup de logements qui poussent à Trois-Rivières», affirme Claude Arvisais, agent immobilier chez Re/Max. «Je suis forcé de croire qu’il y a de nouveaux citoyens qui s’installent dans la région pour occuper ces places. Au moment où on se parle, les propriétaires d’appartements ne semblent pas se plaindre de la situation. Il faudrait peut-être voir dans un an où on en sera», ajoute-t-il.

Le marché devrait demeurer stable d’après les prévisions la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

La consolidation envisagée du marché de l’emploi pourrait également créer un certain dynamisme sur la migration et engendrer une demande de logements plus importante en 2010.

Plus de logements neufs

«Il y a beaucoup de construction de logements luxueux actuellement, remarque Mme Vermette. J’imagine qu’il doit y avoir une…

…certaine demande, mais c’est surtout moins avantageux pour un entrepreneur de construire des appartements bas de gamme qu’il devra louer à moindre coût.»

C’est pour cette raison que la création de logements sociaux devrait être une priorité selon elle: «C’est un besoin essentiel et avec les problèmes économiques que l’on connaît dans le monde du travail en Mauricie, plus de personnes ont de la difficulté à payer leur logement, sans compter que les coûts d’électricité sont souvent en hausse.»

Les appartements construits il y a moins de cinq ans sont aussi soumis à des augmentations du prix de location en fonction du bon désir du propriétaire. Celui-ci peut donc faire passer un coût mensuel de 600 $ par mois à 800 $ au moment du renouvellement du bail sans qu’il ait besoin de se justifier.

«Le gouvernement a décidé de couper dans la quantité de logements sociaux qu’il s’était engagé à…

…construire annuellement. On passe de 2000 annuellement à 600. On n’a pas beaucoup d’aide de ce côté-là et c’est inquiétant», souligne Diane Vermette.

Conseils pratiques

-Choisir un secteur avant tout;

-S’y promener à pied pour repérer les appartements à louer;

-Visiter le logement de jour;

-Porter attention aux bruits environnants;

-Vérifier les robinets, portes, châssis, etc.

-Si possible, y retourner le soir pour comparer le degré de tranquillité;

-Si des travaux sont nécessaires, s’assurer qu’ils soient mentionnés sur le bail.

À lire aussi au www.lhebdojournal.com: Maisons: le marché est à l’avantage des vendeurs

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de