À cheval depuis ses 4 ans

À cheval depuis ses 4 ans

Marie-Pier Lemaire avec Frost chez son père à Trois-Rivières.

Crédit photo : Audrey Leblanc

ÉQUITATION. Dans la MRC des Chenaux, Marie-Pier Lemaire est le visage de la culture. Vous ne serez pas surpris d’apprendre que l’agente de développement culturel et de communications est une mélomane, mais saviez-vous qu’elle est aussi passionnée d’équitation? 

Elle a grandi au Centre-du-Québec dans une petite municipalité appelée La Visitation-de-Yamaska. Son père avait plusieurs animaux, dont des chevaux. Elle n’avait que 4 ans la première fois qu’elle s’est promenée à cheval.

«Quand j’ai commencé, j’embarquais sur le cheval avec mon père. Et à 5 ans, il m’a acheté mon premier cheval. C’était un poney que j’avais appelé Sophie même si c’était un mâle, raconte-t-elle en riant. J’embarquais sur mon poney et je suivais mon père qui était sur son cheval.»

Elle a rapidement eu la piqûre et sa passion a grandi au fil du temps. À l’âge de 12 ans, elle faisait quelques promenades seule à l’occasion. «J’ai toujours aimé ça, confie Marie-Pier. Quand j’étais petite, j’étais un peu comme Mowgli dans la jungle. Mon père avait plein d’animaux, dont des wapitis, des veaux, des chevaux, des chèvres et des poules.»

Elle a toujours aimé les animaux et particulièrement les chevaux, non seulement parce que l’équitation est une passion, mais aussi parce que se promener à cheval est une activité qu’elle ne partage qu’avec son père.

«Il m’a transmis sa passion et ç’a toujours été notre activité à tous les deux, mentionne Marie-Pier. Quand j’étais petite, on se promenait dans le bois, dans les champs et on traversait les rivières. L’hiver, on attelait le traîneau. On avait de grosses couvertures et du chocolat chaud. C’est vraiment de beaux souvenirs.»

Sans contredit, sa saison préférée pour les balades à cheval est l’automne. «Je fais plusieurs promenades par année avec mon père, mais le décor automnal a un petit quelque chose de plus. Quand j’étais jeune, on partait très souvent, pratiquement toutes les semaines. Maintenant, je ne peux plus en faire aussi souvent, mais j’en fais autant que possible.»

Après son poney Sophie, Marie-Pier a aussi eu une jument qu’elle avait nommée Catin et un cheval qui s’appelait Fidel.

Poster un Commentaire

avatar