De l’Afrique… à Trois-Rivières!

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette
De l’Afrique… à Trois-Rivières!

Le premier navire à accoster en sol trifluvien en cette nouvelle année est arrivé à bon port le 7 janvier, peu après 14h. Le Ellensborg, qui a quitté le port de Lüderitz, en Namibie, le 14 décembre dernier, a accosté après une aventure de 25 jours en mer.

Bien qu’il ne soit pas le premier bateau proprement dit à s’amener au port trifluvien en 2019, il est le premier à respecter les critères qui lui valent son titre de «Premier bateau de l’année».

«Bienvenue aux membres de l’équipage du Ellensborg. Rappelons que pour remporter le titre du premier bateau de l’année, ce dernier doit provenir d’un port étranger, en plus de réaliser sa traversée sans escale. Il doit également venir effectuer une opération de chargement ou de déchargement au port», a expliqué d’entrée de jeu Danielle St-Amand, présidente du conseil d’administration de l’Administration portuaire de Trois-Rivières (APTR).

Le Ellensborg est arrivé avec une cargaison de 11 000 tonnes métriques de zinc qui sera déchargée par Somavrac. Il sera ensuite redirigé vers la Canadian Electrolytic Zinc, à Valleyfield.

«Le navire a été construit en 2011. Il a une longueur de 138,5 mètres et une largeur d’un peu plus de 21 mètres. Il devrait rester pendant quatre jours à Trois-Rivières. Soulignons que Somavrac manutentionne des produits miniers pour différentes minières et usines de raffinement du Québec, de l’Ontario ou encore des États-Unis», a pour sa part confié Gaétan Boivin, président-directeur général de l’APTR.

Il s’agissait de la 53e cérémonie de la sorte où cette fois, ce sont Meemongkhon Choorith, le capitaine, et Singh-Sa Suthep, le chef ingénieur, qui ont reçu une œuvre de Caroline St-Pierre, artiste peintre de la Mauricie, ainsi qu’un panier de produits régionaux respectif.

Un port en santé

Bien que le bilan de l’APTR pour l’année 2018 ne soit pas encore finalisé, M. Boivin a tout de même confirmé que le port de Trois-Rivières est en constante progression.

«Nous avons terminé le Cap sur 2020 et on a présenté le Cap sur 2030. On a encore des problèmes de capacité et il faut travailler à se faire un peu plus d’espace. Notre succès nous crée quelques problèmes. Le port est pratiquement plein depuis des mois. Oui, le Ellensbourg est le premier bateau de l’année à se qualifier, mais notre port est plein depuis le 1er janvier», commente-t-il.

«Le nouveau quai a été livré en 2017 et l’achalandage est trois fois plus élevé que ce que nous avions prévu. On doit tout ce travail-là à notre équipe de travailleurs dévoués et compétents», conclut-il.

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de