Le bleu tout en transparence

Photo de marie-eve bourgoin-alarie
Par marie-eve bourgoin-alarie
Le bleu tout en transparence

TROIS-RIVIÈRES. Les œuvres créées par les participants à des ateliers offerts par La Fenêtre, Centre d’immersion aux arts sont en vedette au Centre culturel Pauline-Julien dans le cadre de l’exposition Marée cosmique: la mémoire de l’eau.

L’installation est le résultat d’un projet de création collective avec une quarantaine de participants aux ateliers Transparence, d’arts plastiques et de poésie vivant avec des limitations fonctionnelles.

Pour cette troisième grande exposition majeure de l’atelier Transparence, les participants ont choisi de travailler le thème du bleu.

«On est parti de là pour créer un paysage simplifié qui représente un ciel et de l’eau. On a choisi les couleurs et les formes ensemble pour en faire, finalement, un plan d’espace. Tout le monde a fait des dessins. On a rassemblé les idées et les bons points pour ensuite assembler les centaines de morceaux qu’ils ont réalisé, tout en respectant leur vision», explique Geneviève Ouellet, artiste-pédagogue à l’atelier Transparence de La Fenêtre, Centre d’immersion aux arts.

Les carrés et tiges en verre s’entremêlent avec de grands et petits cercles en suspension.

«C’est beaucoup de travail. Il faut faire la coupe des pièces, la cuisson au four, le meulage, l’assemblage, de même que le système utilisé pour les suspendre qui a été fait en cuivre tressé. Cette exposition représente un an et demi de travail», précise Geneviève Ouellet.

Des cubes en métal se greffent également à l’installation. Pour ce faire, l’équipe de l’atelier Transparence a pu compter sur le soutien de l’artiste trifluvien Roger Gaudreau. Ce dernier s’est impliqué dans les ateliers en lien avec le travail du métal, ainsi que pour le matériel nécessaire au soudage des pièces.

«On travaille fort, c’est long, on en fait beaucoup et on accumule beaucoup de pièces. Pour nos élèves, c’est valorisant de voir le résultat, tout installé, souligne Geneviève Ouellet. C’est là que tout se passe. Il y a un effet Wow qui se produit.»

En plus de l’impressionnante installation de verre, on retrouve des œuvres de cuir et de verre exposées sur les murs du Centre culturel Pauline-Julien. Ces réalisations sont l’œuvre des élèves de l’atelier d’arts plastiques mené par l’artiste-pédagogue Anne Marichal.

Ces tableaux reprennent le thème du bleu, notamment par des effets de vagues rappelant l’eau. Des pièces de verre fusionné y ont aussi été intégrées.

Également pour enrichir la réflexion autour des œuvres présentées, les participants de l’atelier de poésie ont écrit de courtes phrases en lien avec le thème de l’exposition.

«Ça permet d’ajouter des images différentes et ça enrichit l’installation. Ça représente aussi tout ce qui peut émaner d’autres que ce qu’on a pu penser. Quelques citations de poètes connus ont aussi été ajoutées. C’est Anne Klimov qui était venue donner un atelier avec les participants à l’occasion des Journées de la culture», précise Mme Ouellet.

L’objectif de l’exposition était également de faire vivre aux élèves de ces ateliers une expérience de création à long terme et de trouver la meilleure façon possible d’intégrer chaque participant avec ses limitations et ses aspirations créatives.

Marée cosmique: la mémoire de l’eau | Centre culturel Pauline-Julien | Jusqu’au 17 février

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de