Sections

Sculptures à ciel ouvert

Exposition citoyenne Ma ville, mon quartier, ma rue


Publié le 4 juillet 2017

La mémoire d'un chemin de Claude DesRosiers.

©(Photo gracieuseté)

CULTURE. Depuis le début du mois de juin, les rues Nérée-Beauchemin et des Bouleaux à Trois-Rivières se sont transformées en galeries d'art à ciel ouvert. Les résidents ont accepté d'y accueillir 17 œuvres de 12 sculpteurs professionnels de la région, le temps d'un été, pour l'exposition Ma ville, mon quartier, ma rue.

L'artiste Thérèse Thibodeau Paquin, sculpteure depuis plus de 40 ans, est à l'origine de ce projet.

«Le but est de mettre les sculpteurs en valeur. Il y a beaucoup de symposiums de peinture, mais on parle moins de sculpteurs qui exposent leurs œuvres. J'ai toujours eu des sculptures devant chez moi», explique l'instigatrice. C'est elle qui a sondé ses voisins, qui ont répondu avec grand enthousiasme.  

Les artistes de l'exposition proviennent tous de la Mauricie. À l'avant: Paul Lemire, Guillermo Raynié, Alejandra Bazanes, Pierre Landry. À l'arrière, Roger Couture, Solange Lefèbvre, Thérèse Thibodeau Paquin, Hélène Bédard, Claude DesRosiers, Marie-Eve Limoges, Céline Noury et Marie-Josée Pinard.
(Photo gracieuseté)

Ainsi, 12 sculpteurs de la Mauricie, de Charette, de Saint-Paulin, de Saint-Prosper, du Cap-de-la-Madeleine ou encore Saint-Luc-de-Vincennes, exposent leur travail, soit des sculptures de bronze, d'aluminium, d'acier, de calcaire ou de fer forgé, ou même de verre. Il s'agit de Paul Lemire, Guillermo Raynié, Alejandra Bazanes, Pierre Landry, Roger Couture, Solange Lefèbvre, Thérèse Thibodeau Paquin, Hélène Bédard, Claude DesRosiers, Marie-Eve Limoges, Céline Noury et Marie-Josée Pinard

«C'est très populaire, il y a beaucoup de visiteurs. Les gens aiment l'idée, on nous demande déjà s'il y aura une autre exposition l'an prochain», se réjouit Mme Paquin.

Soleil indien de Pierre Landry.
(Photo gracieuseté)

Elle souhaite par la même occasion inciter la population à l'achat de sculptures. Déjà deux d'entre elles ont trouvé preneurs.