Un guide pour mieux accompagner les nouveaux arrivants

Audrey Leblanc audrey.leblanc@tc.tc
Publié le 18 mars 2015

Francine Vivier, agente de soutien pédagogique pour le CPE Les Petits Collégiens, Ivan Suaza, directeur général du SANA de Trois-Rivières, Annie Hamelin, chef intérimaire de programme 0-5 ans au CSSS, et Diane Tremblay, coordonnatrice-animatrice à Espace Mauricie.

©TC Media - Audrey Leblanc

IMMIGRATION. Le service d'accueil des nouveaux arrivants (SANA) de Trois-Rivières lance le Guide d'accompagnement des nouveaux arrivants. Ce document se veut un outil pour les intervenants des organismes qui oeuvrent auprès des familles à Trois-Rivières.

Le guide est le résultat d'un travail de recherche mené par une vingtaine d'organismes membres de la Table enfance, jeunesse et famille de Trois-Rivières. «Le projet est né d'une consultation des organismes de Trois-Rivières, qui se demandaient comment travailler avec les nouveaux arrivants, explique Ivan Suaza, directeur général du SANA. Il y a des gens qui ne partagent pas la langue, d'autres qui ne partagent pas la culture, mais tous les gens partagent les mêmes besoins de base. Une personne immigrante a faim autant qu'un Trifluvien.»

«En 2012, on s'est demandé ce qu'on pouvait faire pour aider les familles immigrantes, pour les intégrer dans la société, poursuit M. Suaza. On a ciblé les problèmes et on a mis en places des solutions. On a conclu que la meilleure chose à faire, c'est d'aider les intervenants à mieux comprendre la réalité des nouveaux arrivants pour bien les intégrer.»

Ainsi, le guide dresse le portrait des principales communautés culturelles présentes sur le territoire. «On se rend compte que, souvent, les gens tournent en rond et ne savent pas quoi faire, même après cinq ans, indique Ivan Suaza. L'idée de planifier leur vie, c'est gros et ils ne savent pas par où commencer. On veut donc les aider à franchir les étapes une à une.»

L'importance de parler français

La première des étapes à franchir est celle de la barrière de la langue. Selon M. Suaza, le premier pas à faire est d'apprendre la langue française. «La francisation, c'est la porte d'entrée, croit-il. Ce sera plus facile pour travailler, se faire soigner, etc.»

À ce propos, le directeur général de la SANA exprime son désaccord avec le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, qui propose que le gouvernement du Québec rehausse les exigences nécessaires pour l’accueil d’immigrants désirant s’installer au Québec.

«Il faut penser que ce n'est pas tout le monde qui est dans la même situation pour apprendre le français, affirme M. Suaza. Il faut prendre en compte le vécu de chaque personne et les accompagner au lieu d'y aller avec des mesures radicales. Il faut revoir la façon de faire les choses.»

Rappelons que le chef caquiste suggère de moderniser la politique d’immigration actuelle pour rehausser les exigences dans les domaines de la connaissance du français, de la connaissance des valeurs québécoises ainsi que des qualifications professionnelles des candidats.

Le guide en ligne

Il est possible de consulter le Guide d'accompagnement des nouveaux arrivantsen ligne à l'adresse suivante : https://tableejf.wordpress.com/immigration/