Une entreprise d'énergie solaire s’implante à Trois-Rivières


Publié le 1 février 2017

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, le président de Saint-Augustin Canada Electric (STACE), Normand Lord et le directeur général d'IDE Trois-Rivières, Mario De Tilly.

©Photo TC Media - Marianne Côté

ÉCONOMIE. L'entreprise Saint-Augustin Canada Electric (STACE) a choisi le quartier industriel de Trois-Rivières pour y loger son usine de fabrication de panneaux solaires. Cet investissement de plus de 28 millions de dollars devrait permettre de créer une quarantaine d’emplois permanents dans la région.

L’annonce de l’arrivée d’une entreprise de calibre mondial spécialisé dans la fourniture d’équipements électriques en sol trifluvien a été officialisée, mercredi après-midi. Si l’on en croit le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, il s’agit là d’un bon coup économique.

L’usine occupera l’entrepôt de l'ancien grossiste Alimentation Marcotte, sur le boulevard industriel, et dont les locaux avait été mis en vente il y a un an. L’aménagement est déjà en cours. Quant à la production de panneaux solaires, elle devrait être lancée avant la fin de la saison estivale.

Encore une fois, la position géographie de la ville aura certainement joué en sa faveur. En effet, le président de STACE cite la proximité d’une zone portuaire ainsi qu’un bassin de main-d’œuvre qualifiée comme principales raisons qui ont poussé l’entreprise québécoise à jeter son dévolu sur Trois-Rivières.

«  Il faut noter qu’environ 80 % de la fabrication faite ici sera exporté vers les pays étrangers », a souligné le président de STACE, Normand Lord, ajoutant être un « habitué de l’international ».

Des composants de Saint-Augustin Canada Electric sont acheminés aux quatre coins du Québec. Parmi ses clients, l’usine compte le Canada, les États-Unis, la Chine, l’Inde, le Brésil, pour ne nommer que ceux-là.

Si les entrepreneurs locaux sont essentiels au bon développement économique d’une ville, soutient le directeur général d’Innovation et Développement économique Trois-Rivières, Mario de Tilly, il ne faut pas négliger l’apport des capitaux étrangers.

« Pourquoi est-ce important ? Dans un premier temps, cela vient enrichir notre base économique, mais aussi garnir notre portefeuille technologique. Bien entendu, il ne faut pas oublier la création d’emploi », a-t-il indiqué.

La division trifluvienne sera en grande partie automatisée. Pour assurer les opérations, 40 emplois seront créés dans des domaines variés, dont l’ingénierie, la gestion et la robotisation. Autant d’emplois indirects seront engendrés. 

Une technologie unique au monde

Un produit tout à fait unique sera fabriqué entre les murs de l’usine trifluvienne de l’entreprise STACE. En effet, ce ne sont pas des panneaux solaires ordinaires. Ceux-ci utiliseront, dans le langage technique, la technologie photovoltaïque à concentration (CPV).

Il s’agit d’une technique qui améliorer l’efficience de la production de l’énergie qui sera ensuite convertie en électricité. Elle était auparavant réservée aux satellites et à l’exploration spatiale.

Dans les derniers mois, le fournisseur d’équipements électriques québécois a fait l’acquisition des droits intellectuels de la société française Soitec sur cette technologie.