Premier Aviation en mode séduction

Marianne Côté marianne.cote@tc.tc
Publié le 5 janvier 2017

Air Canada

©Photo Archives - Graham Hughes

AVIATION. À peine la bûche et la dinde savourées que les employés de Premier Aviation étaient de retour à l’atelier d’entretien d’aéronefs de Trois-Rivières. Les clients de l’entreprise leur préparaient une surprise pour démarrer en force la nouvelle année : un carnet de commandes bien garni et une vingtaine de nouveaux emplois en Mauricie pour y répondre.

« Il n’y a pas à dire, on repart en force en 2017 ! », a lancé le directeur de la maintenance, Stéphane Rochette, visiblement réjouit face à l’une des plus fortes progressions de leur carnet de commandes.

« Habituellement, la saison hivernale est une période très calme pour nous. Les commandes recommencent généralement à entrer en grand nombre au mois de mai, sauf cette année. »

Questionnée à savoir si l’obtention d’un nouveau contrat avec une compagnie d’aviation pouvait expliquer cet heureux problème, l’entreprise trifluvienne a indiqué que ce sont des clients en pleine expansion, qui figure déjà sur la liste, qui lui ont confié davantage de tâches. Des clients comme Air Transat, par exemple.

En plus de ces plus petits avions, la compagnie aérienne canadienne a décidé, en novembre dernier, de laisser son Airbus A-310 aux bons soins des employés de Premier Aviation. Et il n’a rien d’un petit bolide. Au contraire, l’aéronef de 250 sièges est le plus gros appareil jamais accueilli dans les hangars de l’aéroport de Trois-Rivières. 

Premier Aviation a dû mettre en œuvre des moyens supplémentaires pour répondre à ce défi d’envergure et à un carnet de commandes bien rempli. L’entreprise est en pleine campagne de séduction.

Elle souhaite recruter au plus vite 21 nouveaux employés permanents – peinte d’aéronefs, superviseur et technicien – pour compléter son équipe de 350 travailleurs à Trois-Rivières.

Il s’agit de nouveaux postes, mais il y a également des remplacements du personnel », a indiqué Stéphane Rochette. « Notre volume augmente lentement, mais sûrement, ce qui nous permet d’engager », a-t-il renchéri avec enthousiasme.

Cseries : qui décrochera le contrat ?

Des inquiétudes avaient été soulevées, notamment par le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, l’année dernière, concernant l’entretien des 45 futurs C Series de Bombardier commandé par Air Canada.

Depuis 2012, c’est à l’entreprise trifluvienne Premier Aviation que le transporteur a confié ses jets Embraer. Les avions C Series devraient toutefois venir remplacer les Embraer et le gouvernement Couillard souhaite que l’entretien se fasse dans la grande métropole montréalaise. Une centaine d’emplois serait ainsi menacée dans la région.

Du côté de Premier Aviation, il n’y a pas d’inquiétude, du moins, à court terme, selon le directeur de la maintenance basé à Trois-Rivières. « Air Canada prévoit faire voler pour encore quelques années ses jets Embraer et un avion neuf n’a pas besoin d’entretien au départ. », a souligné Stéphane Rochette.

Les employés de l’atelier peuvent dormir tranquilles. La livraison des C Series n’est prévue que pour la fin de 2019 et se prolongera jusqu’en 2022.