Quand Grand-Mère se prenait pour Valcourt

Bernard Lepage bernard.lepage@tc.tc
Publié le 3 janvier 2017

La Dauphin, une motoneige à "l'allure un peu artisanale" et de "conception un peu frêle" selon Pierre Pellerin...

©Photo TC Media - Pier-Olivier Gagnon

Le temps de deux hivers, Grand-Mère a eu des airs de Valcourt au début des années 1970. C'était l'époque des motoneiges de marque Dauphin.

Produit en onze modèles, un premier contingent de 10 000 unités est manufacturé pour l'hiver 1971. .

Comme dans plusieurs autres municipalités au Québec, des industriels de Grand-Mère menés par Ovide Désaulniers décident à l'été 1969 de se lancer dans la fabrication de motoneiges, une industrie perçue alors comme une mine d'or.

L'hiver vous semblera trop court avec votre Dauphin est-il inscrit dans la réclame visant à vendre cette motoneige de couleur mauve et produite en 2000 unités en prévision de l'hiver 1970.

Cette première expérience s'avèrera peu concluante mais une entente entre le président de Dauphin, Claude Lavergne, et JC Penney, un grand magasin qui exploite quelque 2200 succursales aux États-Unis, semble ouvrir au manufacturier grand-mérois toutes grandes les portes du voisin américain.

Avec son contrat de cinq ans, estimé à 10 millions$ - une fortune à l'époque -, Dauphin s'engage auprès de JC Penney à produire, sous la marque Manhandler, 100 000 motoneiges entre 1971 et 1975. Produit en onze modèles, un premier contingent de 10 000 unités est manufacturé pour l'hiver 1971. Durant cette même saison, on met sur le marché le modèle Flipper, une mini-motoneige.

Les rêves de grandeur s'estompent cependant bien rapidement au printemps 1971 lorsque JC Penney, demeuré avec plusieurs modèles invendus, remet en question son entente. Sous la présidence d'André Laurent, Dauphin se prépare tout de même en prévision de l'hiver 1972 en travaillant sur neuf modèles qui ne dépasseront cependant pas le stade de la planche à dessin.

Vendue à l'été 1971 à Dufrane Motor, de New York, l'entreprise est vraisemblablement appelée à fermer ses portes. La compagnie américaine lui accordera un sursis en produisant à son usine de Grand-Mère son modèle Sno Chief - un clone du Dauphin-, de couleur bourgogne et noir.

Comme la grande majorité des fabricants de motoneiges ailleurs au Québec, l'existence de Dauphin aura été brève, victime d'un marché saturé explique Pierre Pellerin, un collectionneur de Yamachiche et la référence au Québec en matière d'histoire de la motoneige. Mais "même avec une meilleure conjoncture économique, elle n'aurait probablement pas été capable de survivre", précise Pierre Pellerin en parlant de cette motoneige à "l'allure un peu artisanale" et de "conception un peu frêle".

Sur la photo accompagnant ce texte, on retrouve le modèle Flipper 600 de la marque Dauphin, une mini-motoneige avec une chenille de 15 pouces.  Il s’agit d’un des 10 prototypes mis sur le marché par l'entreprise de Grand-Mère. Cette motoneige a été fabriquée à la fin de l’hiver 1971 en 10 exemplaires pour fin d’évaluation sur le marché. Propriété de Pierre Pellerin et complètement revampée et remise dans son état d’origine, elle est présentement en état de fonctionner.

Pierre Pellerin, un collectionneur de Yamachiche et la référence au Québec en matière d'histoire de la motoneige.

©Photo TC Media - Pier-Olivier Gagnon