Étudiants étrangers: les persuader de rester


Publié le 20 mars 2017

Ilham El Idrissi, originaire du Maroc, Ben Cheikh, originaire d'Algérie, et Saray Moreira, originaire de Cuba, toutes trois étudiantes à l'UQTR.

©Photo TC Media - Stéphanie Paradis

IMMIGRATION. Innovation et développement économique (IDE) Trois-Rivières, en collaboration avec le ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, déploiera ses énergies pour les trois prochaines années à favoriser la rétention de la population étudiante internationale. IDE Trois-Rivières profitera d'une somme totale de 65 000$ pour la réalisation de ses objectifs.

IDE Trois-Rivières souhaite encourager les étudiants internationaux diplômés d'études universitaires, collégiales ou de formation professionnelle en Mauricie à s'y établir de façon permanente. Les 65 000$ octroyés par le gouvernement du Québec permettront à l'organisme trifluvien de faire la promotion de la résidence permanente et à informer un plus grand nombre d'étudiants en provenance de divers pays.

«Ces jeunes constituent des candidats de choix pour l'immigration permanente. Ils sortent de nos institutions avec un diplôme québécois en main, ils connaissent la société québécoise et leur intégration est déjà bien amorcée», mentionne la ministre l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, Kathleen Weil. Elle ajoute également que leur maitrise de la langue française est également un atout majeur à souligner.

Cette entente vise une hausse additionnelle de plus de 150 Certificats de sélection du Québec (CSQ) par rapport au nombre attendu de CSQ délivrés pendant cette période de trois ans, pour la région de la Mauricie. Le projet d'IDE Trois-Rivières s'inscrit dans la stratégie du Programme d'expérience québécoise (PEQ) instauré en 2010.

Afin d'atteindre ses objectifs, IDE Trois-Rivières tiendra des activités visant à répondre aux besoins spécifiques des jeunes professionnels en matière d'emploi. C'est en effet le travail qui saura convaincre bon nombre d'étudiants étrangers de s'installer définitivement dans la région, comme l'expliquait Saray Moreira, étudiante à la maitrise en Communication sociale et originaire de Cuba.

Kathleen Weil, ministre l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion.
Photo TC Media - Stéphanie Paradis

«C'est quand même attirant comme annonce, et comme je pensais déjà rester ici, s'il y a un coup de pouce, c'est encore mieux! La seconde chose qui me convaincra de rester, ce sont les personnes. J'aime beaucoup les personnes ici, elles sont très accueillantes et le rythme de vie y est plus agréable qu'au centre-ville de Montréal, par exemple», témoigne Mme Moreira.

Des activités de réseautage sont également prévues afin de faciliter l'intégration des jeunes au marché du travail. De plus, des séances d'information seront mises sur pied, en collaboration avec le ministère.

«Les étudiants internationaux sont primordiaux dans l'économie du savoir de Trois-Rivières. Ils sont des gens qualifiés, une main d'œuvre extrêmement intéressante pour nos entreprises. Si nous voulons les garder en région, il y a un travail de sensibilisation et de promotion de la résidence permanente à faire, et c'est là-dessus que nous travaillerons de pair avec nos partenaires», fait valoir Mario De Tilly, directeur général d'IDE Trois-Rivières.

Ben Cheikh, étudiante au baccalauréat en Études française, profil langue et communications, et originaire d'Algérie, mentionne que ce programme est une chance inouïe pour les étudiants étrangers de se trouver du travail. De son côté, elle est déjà convaincue de s'établir de façon permanente dans la région. Et c'est unanime, l'accueil que leur réservent les Trifluviens y est pour beaucoup.