Projet Cendrillon : pour faire vivre la magie à tous les finissants


Publié le 10 février 2017

Luc Pellerin du Collège Laflèche, Claude Lessard de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, Samantha Dionne-Rinfret, étudiante, Chantal Croisetière de l'Institut Secondaire Keranna et d'Isabelle Stoycheff de l'école Avenues-Nouvelles.

© Photo TC Media - Audrey Leblanc

Le projet Cendrillon est de retour cette année. Plusieurs écoles de la région s'allient pour recueillir le plus grand nombre de robes, d'habits et d'accessoires de soirée pour aider les finissants du secondaire qui n'ont pas les moyens de s'en offrir.

Ce projet est né l'an dernier à l'école Avenues-Nouvelles grâce à l'initiative d'Isabelle Stoycheff, directrice adjointe de l'établissement. «On avait fait un appel à tous sur Facebook pour trouver des filles prêtes à donner leur ancienne robe de bal. Je voyais que la venue du bal était difficile pour certaines filles de mon école. Elles n'avaient pas envie d'y aller parce qu'elles ne pouvaient pas s'acheter de robe», explique-t-elle.

En quelques semaines à peine, 150 robes de bal avaient été récoltées et quatorze élèves avaient choisi une tenue à leur goût, dont deux garçons. «Cette année, on a fait appel à toutes les écoles de la région, mentionne Mme Stoycheff. On veut répondre aux besoins de tous les finissants sur le territoire.»

Jusqu'au 24 février, les gens peuvent faire don de leurs vêtements de bal à ces endroits : Académie les Estacades, Collège Marie-de-l'Incarnation, école secondaire l'Escale, école secondaire Le Tremplin, Séminaire Saint-Joseph, école Avenues-Nouvelles, Cégep de Trois-Rivières, école secondaire Chavigny, école secondaire des Pionniers, Institut secondaire Keranna et Three Rivers Academy.  

«J'ai entendu parler du projet cette semaine. J'ai tout de suite trouvé que c'est une très belle cause. C'est vrai qu'on ne s'en rend pas compte quand on est au secondaire, mais il y en a qui ne peuvent pas aller magasiner leur robe de bal avec leur mère et leurs amies. J'ai eu cette chance, alors je veux redonner à ces filles-là pour qu'elles puissent vivre la même belle expérience», témoigne Samantha Dionne-Rinfret, étudiante en commercialisation de la mode au Collège Laflèche. Cette dernière a d'ailleurs profité de l'occasion pour faire don de son ancienne robe de bal.

Du 4 au 6 avril, des journées d'essayage se tiendront en compagnie, notamment, d'étudiantes en commercialisation de la mode du Collège Laflèche.