Important glissement de terrain à Saint-Luc-de-Vincennes

Marianne Côté marianne.cote@tc.tc
Publié le 10 novembre 2016

FAITS DIVERS. Un glissement de terrain de la taille d’un terrain de baseball est survenu un peu après 23h, mercredi soir, sur le rang Saint-Joseph Ouest à Saint-Luc-de-Vincennes. Deux résidences ont dû être évacuées par mesure de sécurité.

Les autorités ont été appelées a intervenu sur les lieux de l’effondrement, vers 7h25, le lendemain matin. Ce n’est qu’à son réveil que Luc Normandin, le propriétaire de la terre agricole où est survenu le glissement de terrain, a réalisé l’ampleur de la catastrophe.

Une section de terrain d’environ 600 pieds par 500 pieds, selon les estimations de M. Normandin, a été entraînée vers la rivière Champlain. L’éboulement empêcherait d’ailleurs l’eau de circuler dans le cours d’eau. L’eau devrait reprendre son cours normal dans les prochains jours, a assuré la Sécurité civile.

La maison de ferme n’a pas été touchée, mais les champs agricoles ont eu moins de chance. Une centaine d’animaux ont toutefois été pris au piège sur les lieux. 

«Heureusement, ils sont hors de danger. Ils n’étaient pas dans la zone où a eu lieu le glissement de terrain. Des ingénieurs vont s’assurer que l’agriculteur puisse aller nourrir et donner de l’eau à ses bêtes», a déclaré le directeur régional de la Sécurité civile, Sébastien Doire.

La Sûreté du Québec, les pompiers, le Service des incendies ainsi que le ministère de L’Environnement ont été mobilisés sur les lieux du glissement de terrain. Un périmètre de sécurité d’environ 200 mètres a été érigé.

En fin d’après-midi, des agents de la sécurité civile et de la Sûreté du Québec étaient toujours sur place afin d’assurer la sécurité dans le secteur. Des expertises se poursuivaient encore sur le terrain afin d’évaluer la dangerosité de celui-ci.

L’un des propriétaires des deux maisons évacuées a pu regagner son domicile jeudi après-midi. Quant à Luc Normandin, il devra encore patienter quelques heures ou quelques jours. 

À 15h, jeudi, le rang Saint-Joseph était toujours fermé à la circulation. 

Pas à l’abri d’autres glissements

La Sécurité civile n’a pas écarté la possibilité qu’un autre glissement de terrain survienne dans le secteur. Ce n’est d’ailleurs pas le premier cas du genre à survenir. Deux autres effondrements, de plus petites envergures toutefois, sont survenus dans les deux dernières semaines sur le terrain de Luc Normandin. 

«Nos ingénieurs procéderont à une étude plus poussée du terrain dans les prochains jours», a indiqué M. Doire.

Le sol le long de la rivière Champlain est principalement constitué d’argile, de type glaise, et est donc très dur à stabiliser.