«La relation cheval-maître est un immense privilège»

Émilie
Émilie Tremblay
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Jean-Pierre Levasseur explique la mécanique de l’esprit du cheval

Depuis qu’il a obtenu ses brevets d’instructeur, en 2002, Jean-Pierre Levasseur s’applique à sensibiliser et à former les hommes à chevaux sur l’importance de la communication et de la non-violence pour conditionner les chevaux. Par le biais d’un souper-conférence donné à la Cabane à sucre Du Boisé, le spécialiste de l’approche comportementale a transmis, mardi soir, son savoir aux amoureux de chevaux.

«La relation cheval-maître est un immense privilège»

D’après lui, tout est dans la mécanique de l’esprit de la bête. Il rappelle que cette dernière est dotée de jugement et de mémoire, tout comme l’humain.

Premièrement, comme le cheval est de nature sensitive, il faut solliciter un ou plusieurs de ses sens. On doit aller les chercher grâce à nos aides naturelles : le toucher et la voix. L’attitude clé pour pouvoir le conditionner est d’être doux, tout en instaurant une supériorité hiérarchique. «C’est important se sentir confiance quand vous allez vers le cheval, spécifie M. Levasseur. Il est guidé par ses émotions ce qui fait en sorte qu’il ressent tout. Si vous ne vous installer pas en état de supériorité, il prendra le dessus sur vous.» Par le fait même, si vous avez des intentions mesquines, le cheval le ressentira aussi.

Le cheval est monoculaire, ce qui signifie que l’œil gauche est relié à l’hémisphère gauche du cerveau et l’œil droit à l’hémisphère droit. Jean-Pierre Levasseur mentionne qu’à cause de cela, il faut s’assurer que le message a bien été assimilé de chaque côté. De plus, à chaque occasion, il faut confirmer à l’animal qu’il a bien exécuté l’ordre.

Une réussite

Après avoir surmonté la crainte, la peur et la panique que l’apprentissage d’un nouveau réflexe peut amener chez le cheval, vous avez franchi une grande étape. Quand on réussit à dompter l’esprit du cheval, on est certain d’avoir le contrôle sur l’animal. «Je ne dis pas aux gens que c’est LA façon de faire, spécifie-t-il. Elle est plutôt l’inventaire de mon expérience, des contacts que j’ai eus avec les chevaux et des conférences auxquelles j’ai moi-même assistées.»

Une technique concluante puisque, selon lui, tous les chevaux qu’il a rencontrés ont été récupérables.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires