Le monde est à l'envers dans les médias

Richard
Richard Cléroux
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le New York Times, autrefois le « Tiffany » du monde du journalisme, continue à perdre de l'argent.

d'une entreprise qui faisait autrefois des millions par année. Les recettes de la publicité numérique du Times sont à la hausse, mais elles n’augmentent pas aussi vite que déclinent les recettes du journal imprimé.

Au Canada anglais, Postmedia possède maintenant ce qui était autrefois les grands journaux de la chaîne CanWest de la famille Asper de Winnipeg. 

Les Asper avaient acheté la chaîne de Conrad Black il y a une décennie pour 3,3 milliards $. Maintenant la famille Asper est hors du portrait, et on rapporte que l'entreprise a passé proche de la faillite. 

Le Groupe Postmedia, dirigé par Paul Godfrey de Toronto, a ramassé ce que restait de la chaîne pour à peine un milliard. 

C'est exact.

Une entreprise que le fondateur, Roy Thompson, avait décrite comme  une licence pour imprimer de l'argent maintenant a une valeur inférieure à un tiers de ce qu'elle était autrefois.

Par contre, les hebdos communautaires canadiens font plus d’argent que jamais -- même les petits -- et leur arrivée dans le monde numérique s’est avérée un franc succès.

Aussi récemment qu’il y a cinq ans, personne ne pouvait perdre de l'argent en gérant un poste de télévision. Maintenant, les postes ferment partout à travers le pays. Ceux qui sont encore ouverts sont souvent en difficultés.

Les postes de radio vivent le même sort, et leurs directeurs de programmation essaient toutes sortes de nouvelles formules, bien souvent sans grand succès.

Netflix Inc., un réseau de vidéo en ligne, a fait ses débuts au Canada cette semaine, sur votre ordinateur, votre Apple I-Pad ou votre Playstation 3. Pour 7,99 $ par mois, on vous offre tous les films et les émissions de télévision que vous voulez, sans vous déplacer. 

Il y a eu des suites.  Cette même semaine, la société Blockbuster a annoncé qu'elle s'est placée sous la protection des tribunaux aux États-Unis, en vertu du chapitre 11 de la loi sur les faillites, bien que  ses opérations au Canada ne sont touchées.  

Il semble que c’est plus facile de commander des films sur l’ordinateur que de se rendre au magasin vidéo du coin, même s’il nous offre gratuitement du maïs soufflé.

C'est à se demander où nous en serons dans deux ans.

Organisations: New York Times, CanWest, Groupe Postmedia Netflix Blockbuster

Lieux géographiques: Canada, États-Unis

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires