La stratégie de Harper pour abolir le recensement

Richard
Richard Cléroux
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Pour réussir l'abolition du recensement obligatoire, les ministres de Stephen Harper ne se gênent pas d'utiliser la peur.

Tony Clement, le ministre de l’Industrie parle d’un questionnaire « coercitif » et « intrusif » qui s’impose dans la vie privée du monde ordinaire.

Il brandit le spectre d’amendes et de prison pour ceux qui ne répondent pas au long questionnaire. À l’entendre c’est comme si un gouvernement malvenu se préparait à envahir notre intimité et fouiller nos secrets les plus personnels.

Devant une telle menace, les pauvres gens n’ont qu’un seul recours : appuyer Stephen Harper et les siens dans leur croisade pour l’abolition du long recensement et éviter la prison.

« Notre gouvernement ne punira pas les citoyens qui ne veulent pas répondre au sondage » a déclaré Clement devant un comité parlementaire cette semaine.

C’est vrai que si quelqu'un refuserait de répondre au long formulaire, il s’exposent à une amende de 500 dollars ou trois mois en prison. Mais jusqu’à présent, personne n’a jamais fait une seule journée de cachot pour refus de répondre. Et le premier recensement remonte à 1666, au temps de Jean Talon en Nouvelle-France.

Peu importe.

Le ministre des Transports John Baird clame que le long formulaire du recensement est une « invasion de la vie privée. » Baird a déclaré : « Ils veulent nous suivre jusque dans les toilettes. »

C’est faux. Le formulaire ne fait aucune allusion aux cabinets d’aisance.

En réalité, le ministre Baird est plutôt mal placé pour parler d’intrusion dans la vie privée des gens. C’est lui qui a introduit les « scanners corporels » dans les aéroports canadiens pour aider à ses employés à voir à travers des vêtements des voyageurs. Il estimait que c’est nécessaire de nous voir à poil nu afin de repérer si nous avons dissimulé des armes.

Il y a t-il quelque chose de plus « intrusif » que quelqu’un qui te déshabille virtuellement et projette ta silhouette sur un écran d’ordinateur?

Pas selon John Baird. Mais lorsqu’il est question de recensement, alors là Baird s’indigne et pousse des cris d’alarme.

On a beau être caves mais on n'est pas des «tout-nus» quand même!

Organisations: Transports John Baird

Lieux géographiques: Nouvelle-France

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires