Le Mali pour Noël

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

On m'a offert le Mali pour Noël. Le cadeau m'attendait depuis l'été. J'ai dû faire preuve de patience, laisser passer la saison des pluies là-bas et attendre la première neige ici.

J'avais dessiné un gros point d'interrogation sur mon calendrier. Je savais que je passerais la soirée avec ma sœur … et c'est tout! Le rideau s'est finalement levé sur ce cadeau-mystère. Et le Mali s'est dévoilé à nous, dans toute sa splendeur.

La falaise de Bandiagara, le fleuve Niger, le Sahel, Mopti, Djenné, Tombouctou… Grand explorateur, Michel Drachoussoff nous a tenues en haleine tout au long de sa présentation. Images grandioses, commentaires instructifs, pointes d'humour, tout y était pour me soulever de mon banc de velours rouge afin de le suivre dans son périple.

Congolais d'origine russe, citoyen du monde, Michel Drachoussoff n'en est pas à sa première présentation avec les Grands Explorateurs. Depuis 1979, il fait découvrir aux Québécois les lieux qui l'interpellent. Partout à travers le monde, il fait voyager les gens.

La Mali est l'un de ses grands coups de cœur. Il s'y est rendu une vingtaine de fois. «À force d'y aller, j'ai rencontré de plus en plus d'amis et je me suis attaché à certaines personnes. Je trouve chaque fois quelque chose de nouveau à voir. Je suis pris par le désir d'en savoir toujours plus», m'a-t-il raconté au lendemain de cette soirée.

Il a tourné en 2009 la plupart des images de «Destination Tombouctou». Et pourtant, malgré ses nombreux séjours et les amitiés qu'il y a liées, les différences culturelles sont telles que Michel Drachoussoff se sent toujours étranger dans ce pays.

Le peuple dogon le fascine. Il est particulièrement impressionné par le respect dont ils font preuve. «Ils ont des conditions de vie tellement différentes, mais ils ont trouvé un équilibre», explique-t-il. Et l'étranger, parfois, a du mal à s'y adapter. Pas toujours facile de demeurer calme quand une horde d'enfants réclamant des cadeaux vous entoure! «Il suffit d'aller dans une classe pour se rendre compte qu'il y a un cahier et un stylo pour trois ou quatre élèves», précise M. Drachoussoff.

C'est ce que je pourrai constater sur place dès le 20 janvier, lorsque je visiterai le Mali et le peuple dogon dans le cadre d'un voyage humanitaire organisé par la Fondation Paul Gérin-Lajoie. Ma sœur Janie m'a en quelque sorte offert le Mali en avant-première.

Michel Drachoussoff, pour sa part, termine sa tournée québécoise avec les Grands Explorateurs. Mais vous pouvez découvrir le Mali à travers son livre, intitulé tout simplement… «Mali»!

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires